Sète#21 Hugues de Wurstemberger

27,00

La Sète buissonnière d’un photographe de la simplicité

Photographies
Hugues de Wurstemberger

Texte
Christian Caujolle

Le Livre

ImageSingulières est un festival de photographie documentaire créé en 2009 à Sète. Chaque année un photographe de renom est invité à porter son regard sur la ville pour en construire peu à peu le portrait, révélant ainsi les facettes de la photographie contemporaine.
Des photographes aussi reconnus et différents qu’Anders Petersen, Bertrand Meunier, Juliana Beasley, Juan Manuel Castro Prieto, Christopher Anderson, Cédric Gerbehaye, Richard Dumas, Bieke Depoorter, puis quatre figures de la nouvelle photographie chilienne en 2016, suivis par l’Américaine Anne Rearick en 2017, Stéphane Couturier en 2018, la Britannique Vanessa Winship en 2019 et Clémentine Schneidermann en 2020 se sont prêtés au jeu. Tous ont donné naissance à une série photographique, chacune ayant fait l’objet d’un livre. Une collection remarquable et repérée, comme une leçon de photographie, montrant qu’il existe de multiples écritures visuelles et qu’un même sujet – ici, la ville et le territoire de Sète – peut être à chaque fois réinventé.

C’est le photographe suisse Hugues de Wurstemberger qui a été choisi pour la treizième immersion à Sète. Celle-ci, dit-il, « va me faire traîner et tourner autour des étangs de Sète, de celui de Thau à celui de Vic, d’Ingril jusqu’à celui de l’Arnel et puis tourne les salins et puis au hasard Balthazar ! ». Révélé à ses débuts par son travail sur la Garde suisse pontificale au Vatican, qui a suscité de nombreuses réactions au moment de sa parution, Hugues de Wurstemberger n’a cessé depuis de trouver des approches inattendues et de contourner avec justesse les écueils des genres qu’il aborde. Ainsi en a-t-il été des travaux qu’il a menés auprès de peuples en lutte pour leur terre au Sahara occidental, ou de son magnifique album de famille Pauline et Pierre, cette « chronique lacunaire des siens » qui transcende l’anecdote en travaillant le lien entre humain et territoire, ici celui de l’enfance. On s’y avisera que le photographe entretient avec la terre un rapport organique, qu’il est avant tout un piéton, un crapahuteur, et que sur les berges de l’étang de Thau il se sentira comme l’hippocampe dans ses eaux.

Avec en poche le petit herbier sétois de Pauline Boyé, Fleurs de bords de routes (éditions Dans la boîte) c’est d’abord à hauteur d’herbes que le photographe découvre le territoire. Il se familiarise avec leur langage enchevêtré, s’attarde ensuite à la surface des eaux, puis gentiment nous perd à l’horizon. Et puisque pour lui, « une photo n’est de toute façon qu’une mise à plat de la réalité, alors autant faire dans la simplicité », toujours avec cette écriture dépouillée qui lui est chère. En chemin, sa « résidence lagunaire », débutée à l’été 2020, croise les femmes et les hommes qui vivent pour et par les étangs, le temps d’une promenade en bateau, d’une visite aux mareyeurs, aux grainetiers ou d’une sieste au soleil…

L’artiste présentera son travail au festival ImageSingulières du 3 juillet au 5 septembre 2021 au Centre photographique documentaire – ImageSingulières (ancienne Maison de l’image documentaire).

 

ImageSingulières is a documentary photography festival created in 2009 in Sète. This year, Hugues de Wurstemberger has been invited to cast his eye over the town. While strolling along the banks of the lakes (Thau, Vic, Ingril, etc.), listening to the sounds of nature and exploring the wild grasses and lagoon Posidonia, the photographer transforms the ordinary banality of the everyday lives of the fishmongers, seed merchants and other lakeside daydreamers.

Les auteurs

Christian Caujolle

Christian Caujolle est critique, directeur artistique et commissaire de nombreuses expositions internationales, professeur associé à l’École nationale supérieure Louis Lumière. Personnalité incontournable du monde de la photographie contemporaine, il a fondé l'agence VU et a rédigé les textes de nombreux catalogues et monographies de photographes. Il est également l’auteur de Things as They Are : Photojournalism in Context since 1955, [Chris Boot, 2005], écrit à l’occasion des 50 ans du World Press Photo, livre pour lequel il a obtenu l’ICP Infinity Award en 2006, et de Circonstances particulières [Actes Sud, 2007], qui parle de son rapport intime au médium photographique. Il participe à la programmation artistique de nombreuses manifestations, dont le festival ImageSingulières à Sète, et dirige le festival PhotoPhnomPenh au Cambodge. Depuis 2020, il est conseiller artistique du Château d'Eau à Toulouse.


Hugues de Wurstemberger

Hugues de Wurstemberger est un photographe suisse, membre de l’Agence VU’ depuis sa création en 1986 et représenté par la Galerie VU'. Il se fait d'abord connaître grâce aux photographies qu’il fait de l'intérieur de la Garde Suisse. Il a longtemps travaillé sur le quotidien et l'intimité de populations oubliées à travers le monde. En 2005, il publie AOC, une identité retrouvée (Infolio), ainsi que Pauline et Pierre (Quo Vadis). Son travail a été récompensé en 1990 par le Prix Niépce, en 1991 par le World Press Photo, et en 2002 par le Prix Silver.


Caractéristiques

Dimensions 21 × 25 cm
Isbn

978-2-36744-153-5

Nombre de pages

112

Coédition

CéTàVOIR

Langue(s)

français / anglais

Couverture

cartonnée

Photographies

70 photographies en couleurs et en noir et blanc

Parution

2021