Trois gouttes de sang comme une fleur


30,00

Photographies
Clément Chapillon

Textes
Yannick Jaffré

 

En préachat jusqu’au 30 avril 2024

Parution du livre en septembre 2024

UGS : SANG Catégorie :

Le Livre

Le sang ne se synthétise pas, ou pas encore . Concrètement, chaque année, 119 millions de poches de sang sont collectées dans le monde, permettant de soigner et de sauver des milliers de personnes souffrant de multiples maladies, de cancers ou victimes d’hémorragie.

L’acte de donner son sang gratuitement et anonymement reconstruit des existences et, autant que résistent les coquelicots à l’emprise du béton, des vies trop fragiles sont maintenues par ces justes, éloignés des suffisances narcissiques tout autant que de l’évaluation marchande de leurs gestes. Rendre compte de cette éthique délicate et discrète des pratiques ordinaires liant le don, le soin et la gratitude, par un dialogue associant des textes et des photos, nous a semblé essentiel.

Trois gouttes de sang comme une fleur est donc un récit à deux voix – celles d’un photographe et d’un anthropologue – mêlant le réalisme du regard à une appréhension poétique du monde. Une narration entremêlée pour reconnaître l’importance de ces « vies minuscules » sans qui nul ne serait ni soigné ni sauvé.

Par une écriture photographique sensible à l’imaginaire Clément Chapillon a tendu un “fil rouge” reliant les différents acteurs du don, notamment par un dispositif d’autoportraits. Chaque personne photographiée a elle-même “pressé” le déclencheur incarnant ainsi son engagement et par ce geste partageant la solidarité d’une générosité anonyme.

À partir d’entretiens réalisés avec des donneurs, des receveurs et des professionnels de santé, en questionnant sa propre expérience des soins, Yannick Jaffré a questionné les mots du don et ce que la vulnérabilité peut ajouter à l’humain.

Plus que jamais, à l’heure où la société s’interroge sur les valeurs qu’elle a en partage, il est primordial d’évoquer l’autre comme imprescriptible responsabilité et de dire la joie nécessaire du simple remerciement.

 

Extrait des textes de Yannick Jaffré

Être accueilli 

Ceux qui poussent la porte sont accueillis comme des connaissances parfois comme des amis. Ils sont souvent nommés par leur prénom ou un surnom. Nul n’est confondu.
Cet espace sanitaire est paradoxal, comme une sorte de club de rencontre ou nul n’est obligé de venir. Certains, donneurs réguliers sont taquinés, plaisamment accusés de ne venir que pour une rencontre sentimentale avec une ou un infirmier, d’autres sont interrogés sur leurs conjoints ou leurs enfants… En fait, outre le questionnaire médical largement vécu par les patients comme une sorte de ritournelle administrative, très peu d’échanges portent sur les aspects médicaux et techniques du don. « Souvent, les gens ne savent même pas ce qu’est le sang et le plasma » nous disent les professionnels de santé.
Si l’on vient c’est pour donner du sang bien sûr, mais c’est aussi parce que le seuil à peine franchi, se découvre un autre espace social fait d’hospitalité, d’interconnaissance, de générosité, de gratitude et de reconnaissance. Une communauté d’expériences, de choix et d’émotions. Une sorte de clairière dans l’indifférence des sociétés et l’évaluation marchande des existences.

Les auteurs

Clément Chapillon

Clément Chapillon est un photographe basé dans le sud de la France (Bouches-du-Rhône) qui explore les mondes méditerranéens à travers une écriture personnelle empruntée au « réalisme poétique ». Ses narrations, à la frontière entre le réel et l’imaginaire, puisent dans des témoignages actuels ou anciens pour documenter l’espace géographique et mental des lieux. ll a publié 3 livres avec des éditeurs comme Keher Verlag et Dunes édition (Les rochers fauves / Promise Me a Land). Il collabore régulièrement avec des médias tels que le New York Times, M Le Monde, Le Temps, L’Obs, Libération, Polka, Arte etc. Il a exposé dans une dizaine de lieux  internationaux (Institut français d’Athènes, galerie Polka à Paris, Hangar photo à Bruxelles, Willy Brandt Center à Jerusalem…). Il est lauréat du prix Leica en 2017, de la Fondation des Treilles en 2019 et du CNAP en 2023.



Yannick Jaffré

Yannick Jaffré est anthropologue, directeur de recherche émérite au CNRS et responsable du programme santé du Groupe interacadémique pour le développement à l’Institut de France (GID). Il a enseigné l’anthropologie de la santé au Centre Norbert Elias (EHESS) ainsi que dans plusieurs facultés africaines. Ses travaux portent principalement sur l’approche qualitative de divers problèmes de santé, dont la santé maternelle, la place des enfants dans les services de pédiatrie, l’analyse des interactions entre soignants et soignés dans les structures de santé ainsi que la question transfusionnelle en France et en Afrique. Ses travaux visent à construire une anthropologie fondamentale, impliquée dans l’amélioration de la qualité des soins et attentive aux liens entre les situations sociales et les conduites ayant un impact sur la santé et l’accès aux soins. Il a publié de nombreux ouvrages scientifiques, une centaine d’articles dans des revues à comité de lecture, des films pédagogiques ainsi que présenté ses travaux dans une cinquantaine de conférences scientifiques.



Caractéristiques

Dimensions 20 × 27 cm
Isbn

978-2-36744-191-7

Nombre de pages

160

Langue(s)

français

Couverture

cartonnée

Photographies

50 photograhies en couleurs

Parution

2024