Persan-Beaumont

Dès 35,00

Un photographe et un écrivain,

une immersion dans une cité de banlieue à la fin des années 1980

 

Photographies

Denis Dailleux

Texte

Abdellah Taïa

Effacer

Le Livre

Réalisée par Denis Dailleux à partir de 1987, cette série de portraits en noir et blanc, publiée ici pour la première fois, commence par une rencontre dans le train :

« C’est en rentrant de mon village où, durant l’été, j’avais photographié les habitants et ma grand-tante Juliette que j’ai fait la connaissance dans le train Corail des garçons de la cité « Le Village » de Persan. Ils étaient une dizaine et avaient passé quelques jours de vacances aux Sables-d’Olonne. Ils déambulaient de wagon en wagon avec un radiocassette qui diffusait du rap sans que personne ne les interpelle. Je leur ai montré les images de Juliette et je me souviens qu’en les voyant ils ont dit « Classe ! ». Et c’est à ce moment précis que je leur ai demandé s’ils étaient d’accord pour que j’aille les rencontrer dans leur cité. C’est Coco qui m’a donné son numéro de téléphone. À cette époque on parlait très peu des problèmes de banlieue mais ce n’est pas sans une petite appréhension qu’au début de l’automne 1987 je me suis enfin décidé à appeler Coco. Il m’a donné rendez-vous le dimanche suivant à la gare de Persan-Beaumont. Bientôt, j’ ai su que je tenais quelque chose. Comme une révélation photographique qu’autorisait le lâcher prise des enfants face à mon objectif. »

L’immersion de Denis Dailleux à Persan, commune du Val d’Oise, va durer cinq ans. Les longues séances de poses qu’il mène avec la complicité des jeunes du quartier constituent un témoignage sur une époque.

Ainsi, la puissance intemporelle des photographies de Denis Dailleux, alliée au texte engagé et sensible d’Abdellah Taïa avec qui il est retourné à Persan-Beaumont trente ans plus tard, font de ce livre une parution importante.

Les auteurs

Abdellah Taïa

Écrivain marocain de langue française, Abdellah Taïa est né en 1973 à Salé [Maroc] et vit à Paris. Il est notamment l’auteur de sept romans, traduits dans plusieurs langues, parmi lesquels, parus aux éditions du Seuil : L’Armée du salut [2006] ; Une mélancolie arabe [2008] ; Le Jour du roi [2010], pour lequel il a reçu le Prix de Flore ; Infidèles [2012], Un pays pour mourir [2015], et Celui qui est digne d’être aimé (2017). Il a également publié au Seuil un recueil de lettres : Lettres à un jeune Marocain [2009].


Denis Dailleux

Denis Dailleux est né en 1958, à Angers. Il a vécu au Caire une quinzaine d’années, une ville qui a profondément inspiré son travail photographique. Artiste représenté par l’agence VU’, la galerie Camera Obscura à Paris, la Galerie 127 à Marrakech, la galerie Peter Sillem à Francfort, il a reçu plusieurs prix nationaux et internationaux [World Press Photo, prix Hasselblad, prix Scam-Roger Pic 2019…]. Il est l’auteur remarqué de plusieurs livres sur l’Égypte : Habibi Cairo. Le Caire mon amour [Filigranes, 1997], Le Caire [Le Chêne, 2001], Fils de rois. Portraits d’Égypte [Gallimard, 2008], Impressions d’Égypte [La Martinière, 2011], Égypte. Les Martyrs de la révolution [Le Bec en l’air, 2014], Mères et fils [Le Bec en l’air, 2014], Ghana [Le Bec en l’air, 2016], Persan-Beaumont [Le Bec en l’air, 2018]. Portraitiste confirmé, il travaille la plupart du temps au format 6 x 6, en couleurs ou en noir et blanc. En savoir plus sur Denis Dailleux : www.denisdailleux.com


Caractéristiques

Dimensions 24 × 31 cm
Isbn

978-2-36744-119-1

Nombre de pages

72

Photographies

25 photographies en noir et blanc

Couverture

cartonnée, pages intérieures en soufflets

Parution

2018

Édition limitée

À côté de l’édition standard, une édition limitée de ce livre est disponible :

Tirage fine art sur papier canson rag 100% coton sans acide. 17 x 22,80 cm

Votre tirage de tête, à choisir parmi quatre images :

Image 1

Image 2

Image 3

Image 4

Revue de presse

Consulter la revue de presse de ce livre.