Marseillais du Nord / Les Seigneurs de naguère

Dès 29,00

À 25 ans d’intervalle, les regards croisés du photographe Gilles Favier et du journaliste Philippe Pujol sur les habitants d’un des quartiers Nord de Marseille.

Photographies
Gilles Favier

Texte
Philippe Pujol

UGS : NORD Catégories : , Étiquette :
Effacer

Description

Au début des années 1990, le ministère de la Culture souhaite dresser un état des lieux de la France et missionne Raymond Depardon pour sillonner les campagnes. Quatre autres photographes sont chargés des banlieues dites « sensibles ». À Gilles Favier, qui réside alors à Paris, échoit Marseille. Il se fixe à La Renaude, une enclave du nord de la ville divisée en deux. En haut les HLM, où vivent les familles arabes. En bas, des cubes de béton, où réside la communauté gitane.

Le photographe y restera un an et demi, réalisant au format 6×6 un reportage en noir et blanc d’une très grande qualité qui demeure, 25 ans plus tard, un témoignage précieux de l’histoire des habitants de La Renaude, et plus largement celle des quartiers Nord de la ville. Pour interroger ce corpus d’images, l’écriture de Philippe Pujol, lauréat du Prix Albert Londres en 2014, s’est imposée. S’appuyant sur le témoignage de personnes photographiées qu’il a retrouvées, il questionne les enjeux de ce quartier dans la grande tradition du journalisme littéraire.

 

Marseillais of the North

At the start of the 1990s, the Minister for Culture asked artists to carry out a review of France. It fell to photographer Gilles Favier to review Marseille and its so-called « sensitive » neighbourhoods. He concentrated on La Renaude, an estate divided between Arab and gipsy families, on where he created a high-quality photo report. Examining this body of images 25 years on, journalist Philippe Pujol looks at the issues affected this neighbourhood in the great tradition of literary journalism.

Les auteurs

Gilles Favier

Gilles Favier est né en 1955 à Roanne. Nourri aux images de Diane Arbus, il s’est efforcé depuis ses débuts dans la photographie en 1981 de porter un regard humaniste sur les marges de la société. En 2002, il commence un important travail documentariste sur les traces de l’ethnologue Pierre Verger. Il a quitté Paris et vit désormais à Sète, où il a créé le festival ImageSingulières. Directeur artistique de ce festival de photographie documentaire qui s’est rapidement imposé comme l’un des plus importants en Europe, il enseigne également à l’École technique de photographie et de game design (ETPA) de Toulouse et à l’École supérieure de journalisme (ESJ) de Montpellier. Il a été l’un des fondateurs de l’agence VU’ en 1986.


Philippe Pujol

Après une maîtrise de biologie et un master de journalisme scientifique de l’École de journalisme et de communication de Marseille, Philippe Pujol intègre en 2003 le quotidien La Marseillaise dont il sera le journaliste « faits-divers » pendant dix années. Sa connaissance des spécificités sociales et politiques de la région marseillaise et son carnet d’adresses aussi étoffé que diversifié le conduisent à traiter différents sujets : faits divers, justice, culture, sport, social… toujours avec un regard sociétal. Journaliste de terrain qui voit plus qu’on ne lui raconte, Philippe Pujol obtient le 3e Prix Varenne en 2010 pour un article sur l’exploitation de la misère par la misère, puis le 1er Prix Varenne PQR 2012 pour sa série d’articles « French Deconnection  » publiée dans La Marseillaise. En 2014, il est le lauréat du Prix Albert Londres pour « Quartiers shit ». Les deux séries sont rassemblées dans le livre French Deconnection coédition Robert Laffont/Wildproject, 2014]. En janvier 2016 paraît avec succès, aux éditions Les Arènes, La Fabrique du monstre, fruit de dix ans d’immersion dans les quartiers nord de Marseille.


Informations complémentaires

Dimensions 20 × 26 cm
Isbn

978-2-36744-094-1

Nombre de pages

112

Couverture

cartonnée

Photographies

55 photographies en noir et blanc

Postface

Philippe Pujol

Parution

2016

Version

Édition limitée (image unique), Standard

Édition limitée

À côté de l’édition standard, il existe une édition limitée accompagnée d’un tirage signé :

Tirage signé, limité à 11 exemplaires,
, 21 x 29,7 cm, sur papier Hahnemühle Photo Rag 310 g

Photographie extraite du livre Marseillais du Nord

Tirage de tête du livre Marseillais du Nord