. A C H E T E R .



Friche La Belle de Mai
41, rue Jobin
13003 Marseille
  accueil espace librairie actualités contact
 
  Rechercher dans le catalogue  
 
   
 
24 x 25,5 cm
112 pages
Cartonné avec jaquette
68 photos en noir & blanc
ISBN : 2-916073-00-0
32,00 €
 
. A C H E T E R .
 
 
ALGER 1951
Un pays dans l'attente
  Photographies
Étienne Sved

Textes
Malek Alloula, Maïssa Bey,
Benjamin Stora

En 1951, le photographe d’origine hongroise Étienne Sved entreprend un voyage en Algérie au cours duquel il réalise un travail qui se démarque radicalement de l’imagerie coloniale. Attentif aux gens, il capte sur le vif et sans a priori le quotidien d’une Algérie entre deux ères.
Trois auteurs – le poète et essayiste Malek Alloula, l’écrivaine Maïssa Bey et l’historien Benjamin Stora – apportent un éclairage littéraire et historique sur ces photos qui ont su montrer avec un regard engagé et humaniste, un peuple, un pays à la veille d’un grand bouleversement. Ce livre est une coédition avec les éditions Barzakh (Alger).
  AUTEUR(S)

Malek Alloula
Né en 1939 à Oran, poète, critique et essayiste, il vit et travaille à Paris depuis 1968. Par son œuvre rare et discrète, il peut être considéré comme un acteur majeur de la poésie algérienne.
Il se révèle aussi critique d’art à travers son livre Le Harem colonial, images d’un sous-érotisme (Slatkine 1980 et Éd. Séguier, 2001), où il met à nu l’imagerie coloniale en dénonçant les stéréotypes qui en constituent les fondements.

Dernières parutions :
Les Festins de l’exil
( Éd. Françoise Truffaut, 2003)
L’Accès au corps
, poème (Horlieu Éditions, 2005).


Maïssa Bey

Née en 1950 à Ksar-el-Boukhari, village de la région de Médéa, Maïssa Bey perd très jeune son père, instituteur, qui meurt sous la torture de l’armée française durant la guerre d’Algérie (épisode relaté dans le récit Entendez-vous dans les montagnes Éditions de l’Aube & Barzakh, 2002).
Par une écriture retenue, Maïssa Bey dénonce la violence de la société algérienne aujourd’hui, la douleur des femmes sous la tutelle des hommes, les oublis de l’histoire.
En 1999, elle a obtenu le prix de la Société des gens de lettres pour Nouvelles d’Algérie ( chez Grasset).
Elle vit à Sidi Bel Abbes, à 300 kilomètres à l’ouest d’Alger.

Dernière parution :
Surtout ne te retourne pas
, roman ( Éd. de l’Aube & Barzakh, 2005).


Benjamin Stora
Né à Constantine, en Algérie, en 1950, Benjamin Stora est professeur des universités. Il enseigne l’histoire du Maghreb et de la colonisation française (Indochine-Afrique) et codirige l’institut Maghreb-Europe à Paris VIII-Saint-Denis depuis 1990.
Ses recherches ont porté sur des figures oubliées ou méconnues de la Révolution algérienne, sur la question des imaginaires véhiculés par les guerres de colonisation et leur impact dans la société française, ou encore sur la question de l’amnésie et du travail de mémoire.

Dernières parutions :
La Guerre d’Algérie, ouvrage collectif sous la dir. de B. Stora et M. Harbi (Robert Laffont, 2004).
Le Livre, mémoire de l’histoire : réflexions sur le livre et la guerre d’Algérie (Le Préau des collines & Éd. Chihab (Alger), 2005).
  PHOTOGRAPHE(S)

Étienne Sved
Né en Hongrie en 1914, Étienne Sved intègre en 1930 une école de graphisme que fondent à Budapest des professeurs du Bauhaus fuyant l’Allemagne nazie. Juif, il doit à son tour quitter son pays à l’arrivée des Allemands et se réfugie en Égypte.
Journaliste pour le Progrès égyptien, il publie de nombreux dessins satiriques avant de découvrir la photographie. Il rapportera d'un long voyage à dos d’âne à travers l'Égypte, une impressionnante collection de photos qu’il exploitera dans un autre ouvrage, L’Égypte face à face, avec un texte original de Tristan Tzara (1954).

Installé en France après la Seconde Guerre mondiale, Étienne Sved y prolonge sa démarche photographique tout en menant avec succès sa carrière de graphiste publicitaire.
Dans les années 1970, il crée sa maison d’édition en haute Provence et publie Provence des Campaniles (Prix Nadar en 1970). Il poursuit son travail d’éditeur et de photographe jusqu’à son décès, en 1996.

En 2003, le musée Nicéphore Niepce fait l’acquisition du fonds photographique moyen-oriental d’Étienne Sved : 3000 négatifs et vintages (tirages d’époques).

Dernière parution :
Maalesh, Voyages en Égypte
(Le Bec en l’Air, 2003).
   
 
  Photographie • Nouveautés
Photographie • Fonds
Collection Collatéral
Histoire de l'art
Marcher un livre à la main
Pratique
Local Contemporain
Les inclassables
À paraître
 
  Mentions légales - Ce site utilise Adobe Acrobat - Réalisation Alba Glass - Développement JPCWeb
© le bec en l'air